Actualités Financières

Brouillard d’octobre, pluie de novembre, font bon décembre

Et si le dicton venait à s’appliquer aux marchés financiers, pour lesquels ce mois d’octobre n’est pas sans rappeler de tristes années ?

Le brouillard d’octobre

Depuis fin septembre, un nouveau mouvement d’aversion au risque s’est emparé des marchés actions mondiaux. Ce repli est venu sans crier gare, d’abord aux Etats-Unis puis s’est propagé aux autres marchés.
Pourtant rien n’a vraiment changé : tensions commerciales entre la Chine et les Etats Unis, tensions entre la Commission Européenne et l’Italie relative à leur proposition de budget ou encore des négociations sur le Brexit au point mort. Tous ces risques semblaient intégrés dans les cours en Europe.
Sur le plan fondamental, les données économiques sont toujours porteuses : le FMI a certes revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale (3,7% au lieu de 3,9% en 2018 et 2019 soit à l’identique de 2017), mais cela constitue un plateau plutôt enviable qui permet aux entreprises de générer de la croissance.

Peut-être l’élément déclencheur du mouvement baissier est-il en fait une conséquence de la très bonne santé de l’économie américaine : Jérome Powell (le président de la FED) en a pris acte, en évoquant une possible accélération de la normalisation monétaire (hausse des taux d’intérêt). Cela a pu inquiéter les investisseurs qui anticipent un ralentissement de la croissance.

Un autre phénomène est aussi à l’oeuvre : si les taux montent, l’actualisation des flux futurs (profits des entreprises) baisse mécaniquement.

Lire l’article

Rédigé par Christophe Coquillas, Consultant Olifan GROUP

© 2014-2018 - Tous droits réservés - Site réalisé par Base Sud