Expert en stratégies patrimoniales et en investissements du groupe familial

Actualités

Note de conjoncture – L’espoir d’un accord

Après une belle progression des marchés au cours du mois de septembre, le début du mois d’octobre a ouvert en baisse suite à la publication de statistiques économiques décevantes. En particulier, les indicateurs liés à l’activité manufacturière étaient en repli dans les pays développés, en écho au conflit commercial que se livre la Chine et les Etats-Unis depuis plus d’un an. Les marchés ont alors évolué en dents de scie, faisant face d’une part au ralentissement économique, et d’autre part au volontarisme des banques centrales décidées à soutenir l’activité.

Depuis le milieu du mois, nous assistons à une amélioration du sentiment des investisseurs, en réponse aux progrès apparents sur les sujets du Brexit et des négociations commerciales entre la Chine et Les Etats Unis.

Point sur l’économie et les marchés

Les données en Zone Euro continent donc de faire preuve de faiblesse, notamment en Allemagne où l’indicateur manufacturier est en forte contraction.

Reste cependant des points positifs : la demande des ménages se porte bien, le chômage est au plus bas et proche de ses niveaux structurels, tandis que les salaires progressent.

Dans ses commentaires à la presse, Le président de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») Mario Draghi a de nouveau appelé les gouvernements européens à agir afin de dynamiser la croissance de la zone.

Le chef économiste de la BCE, Philip Lane, a quant à lui fait allusion au fait que les taux pourraient encore baisser si la conjoncture le nécessitait.

Au Royaume-Uni, le Brexit continue à faire les gros titres de la presse. Lors du sommet européen du jeudi 17 octobre à Bruxelles, un accord a pu être trouvé entre l’Union Européenne (« UE ») et le Royaume-Uni, solutionnant l’épineuse question de la frontière avec l’Irlande du Nord. Celle-ci ne serait pas rétablie pour une durée de plusieurs années. Par ailleurs, le parlement britannique a signé ce samedi un amendement empêchant la sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord. La problématique d’un « Hard Brexit » reflue donc de manière substantielle, sauf à ce que l’UE en décide autrement, ce qui est très peu probable.

Les marchés ont bien réagi à ce momentum positif, comme en ont témoigné la hausse de la livre sterling et des actifs britanniques en général.

Aux Etats-Unis, le moral des ménages américains a encore enregistré une forte progression au mois d’octobre, porté par les augmentations de salaires et un niveau de chômage au plus bas depuis 50 ans.

Les dernières statistiques économiques donnent en revanche une image plus contrastée, les données manufacturières rentrant en zone de contraction et l’activité dans les services faiblissant en septembre.

La guerre commerciale que se livre la Chine et Les Etats-Unis semble donc commencer à faire des dommages collatéraux sur la santé économique des deux pays.

Sur ce front la situation semble enfin évoluer plus favorablement : la Maison Blanche a annoncé une tentative d’accord, c’est-à-dire une série de mesure qui doivent être signées par les deux grandes puissances. Ces dernières incluent une suspension de la hausse des taxes prévue le 15 octobre sur 250 milliards de produits chinois, tandis que la Chine s’engage pour sa part à l’achat de produit agricoles américains au rythme de 40 à 60 milliards par an.

Ces mesures, qualifiées de « phase 1 » par le président américain Donald Trump, seraient un prélude aux négociations de la « phase 2 », touchant à la propriété intellectuelle et aux transferts de technologie. Ces discussions sont prévues pour le mois prochain. Le risque d’escalade dans la guerre commerciale s’est donc considérablement réduit. Paradoxalement, la faiblesse des dernières statistiques économiques force finalement Donald Trump à adopter un ton plus conciliant en amont des élections de 2020.

Notre sentiment sur les marchés financiers

L’économie mondiale a donc entamé une phase de décélération depuis quelques mois, dont l’effet a été largement atténué par les politiques des banques centrales qui sont venues en soutien aux marchés.

La valorisation des actions reste cependant en cohérence avec le niveau des taux d’intérêt extrêmement bas partout dans le monde, ces dernières offrent donc un rendement appréciable en comparaison des actifs obligataires.

Cela est particulièrement vrai des actions les plus cycliques, qui offrent des rendements très attractifs.

Aussi, même si les événements d’ordre géopolitique vont continuer à agiter les marchés, il nous semble que l’investissement en actions continue de rester incontournable.

La saison de publication des résultats des entreprises vient de commencer de manière mitigée : les banques américaines ont largement dépassé les attentes, tandis qu’en Europe, les déceptions sont plus nombreuses que les bonnes surprises, tout secteur confondu. Mais il faudra encore attendre les publications du reste de la cote pour dresser le bilan.

Un accord sur la Brexit, ainsi qu’un accord transitoire Chine – US deviennent plus probables ; Ils auraient sans nul doute des effets positifs sur la confiance des entreprises et la performance des marchés financiers.

En attendant, la sélectivité et la diversification restent les maitres mots pour construire des portefeuilles résilients dans cet environnement de marché volatil.

Synthèse des facteurs clefs :

Facteurs de risque :

  • Négociations commerciales sino-américaines
  • Europe : Brexit
  • Escalade des tensions au Moyen-Orient

Facteurs de soutien :

  • Banques centrales accommodantes
  • Rendements attractifs des actions
  • Effets positifs d’un éventuel accord commercial
  • Effets positifs d’éventuels plans de relance en Chine – Allemagne
  • Les investisseurs sont peu investis et disposent de réserves de liquidité importante

Achevé de rédiger le 21 octobre 2019 par le comité Investissement Financier

Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Renseignez-vous sur l’accompagnement patrimonial

© 2014-2019 - Tous droits réservés - Site réalisé par Base Sud

PRENDRE
RENDEZ-VOUS

TROUVER UN
BUREAU OLIFAN

PAR TELEPHONE
01 83 75 48 76