Expert en stratégies patrimoniales et en investissements du groupe familial

Actualités

Vers une amélioration des fondamentaux ?

Note de conjoncture

Vers une amélioration des fondamentaux ?

Les marchés actions européens et internationaux continuent leur progression, passant la barre des 15% depuis le début de l’année.

Même si le FMI vient encore de revoir à la baisse ses perspectives de croissance mondiale, de 3,5% à 3,3%, le scénario qui commence à prévaloir dans l’esprit des investisseurs est celui d’un ralentissement et non d’une récession.

La forte baisse des marchés fin 2018 a incité les banques centrales à faire un virage dans leur politique, en retrouvant un ton très accommodant qui a apaisé les marchés.

De bonnes nouvelles économiques en provenance de Chine, ainsi que la perspective d’un accord commercial sino-américain, a priori attendu d’ici un à deux mois, s’est révélé être un autre facteur de soutien.

La saison des résultats d’entreprises vient de commencer. Les banques américaines ont publié en premier ; le constat reste plutôt favorable : certes les profits sont en baisse mais ils restent meilleurs qu’anticipé. L’industrie du Luxe fait état de solides résultats, qui témoignent de la forte demande des consommateurs.

Une question se pose : le premier trimestre 2019 va-t-il marquer un point bas dans l’activité ? Le deuxième trimestre pourrait-il révéler une amélioration des conditions économiques ? 

Point Européen

L’Europe reste une zone où la déception fut encore de mise au mois de mars : les indices d’activité industrielle peinent à se stabiliser, malgré l’amélioration récente des indices de confiance. L’activité dans les services est plus résiliente. Elle révèle quelques bonnes surprises, notamment en Espagne et en Italie.

Lors de la réunion de la Banque Centrale Européenne du 10 avril, Mario Draghi, son président, a fait preuve d’un ton d’une très grande prudence, anticipant une croissance en zone euro de 1,1% en 2019. Il a repoussé à une réunion ultérieure les détails du plan de soutien au secteur bancaire. Ce plan est destiné à améliorer la capacité des banques à financer l’économie et pallier l’effet néfaste des taux négatifs sur leur bilan. Ces annonces ont porté le secteur, qui affiche une progression marquée sur les dernières semaines.

Au Royaume-Uni, la date du Brexit a finalement été repoussé de six mois supplémentaires, au 31 octobre 2019.

Par trois fois, les députés avaient rejeté l’accord de Theresa May. Finalement, l’ouverture de négociations avec le parti travailliste de Jeremy Corbyn a ouvert la voie à des discussions plus constructives, perçues favorablement par l’Union Européenne, qui a accordé une extension. Trois scénarii restent sur la table : le retrait de l’article 50 (et donc pas de sortie), un Brexit « dur » (scénario auquel le parlement est a priori opposé) ou le vote de l’accord de Theresa May. Les marchés font preuve d’une grande sérénité face aux incertitudes du Brexit. Les entreprises ont déjà pris des mesures pour contrer ses effets néfastes, mais aussi car le sentiment dominant reste celui qu’une issue extrême sera évitée.

Point Monde

Le PIB des Etats-Unis n’a progressé que de 2,2% au quatrième trimestre 2018, chiffre inférieur aux attentes des économistes qui étaient de 2,4%. Mais la demande domestique reste forte, avec un chômage à seulement 3,8% de la population active, tandis que les salaires continuent de progresser. Cela devrait constituer un moteur fort pour la croissance américaine en 2019.

Les nouvelles en provenance de Chine se sont révélées rassurantes : la croissance s’établit à 6,4% en glissement annuel, soit un chiffre supérieur aux attentes, qui suggère que le plan de relance lancé par les autorités chinoises porte ses fruits. Tout comme le rebond des indicateurs d’activité en Mars, qui confirment une inflexion.

Les négociations commerciales avec les Etats-Unis vont bon train, et un accord pourrait être finalisé le mois prochain.

Notre sentiment sur les marchés financiers

Nous continuons à privilégier les actions dans les portefeuilles du fait de la faiblesse des rendements obligataires. L’environnement fondamental est soutenu par l‘action des banques centrales, et il est possible que nous ayons touché un point bas d’activité économique au premier trimestre 2019.

Une amélioration sur le front économique au deuxième trimestre pourrait prolonger la hausse, ainsi que le fait que nombre d’investisseurs avaient commencé l’année tétanisés par les risques en présence (Brexit, guerre commerciale, récession) et étaient sous-investis. La non-réalisation de ces risques pourrait alors nourrir le deuxième souffle du marché. Pourtant, il nous semble clair que l’ampleur de la progression devrait être plus modérée que ce premier trimestre exceptionnel.

Les flux d’investissement ne sont toujours pas revenus sur l’Europe ; de meilleures données économiques au deuxième trimestre pourrait y contribuer, et soutenir les actions. Dans ce contexte, certaines stratégies devraient aussi bénéficier d’un effet de rattrapage après leur décrochage en 2018. Notamment celles investissant dans des valeurs cycliques, qui ont d’ailleurs commencé à reprendre un peu de hauteur.

Vous souhaitez plus d’informations ? Contactez-nous ici

Synthèse des facteurs clefs :

 Facteurs de risque :

  • Déceptions sur les négociations commerciales sino-américaines
  • Europe : Brexit, récession italienne, potentielles négociations commerciales US – Europe à venir
  • Hausse du pétrole qui pourrait constituer un frein pour l’économie si elle perdure
  • US : Hausse de l’inflation due à une hausse des salaires

Facteurs de soutien :

  • Banques centrales accommodantes
  • Les investisseurs sont peu investis et disposent de réserves de liquidité importante
  • Plan de relance chinois qui laisse présager un rebond au T2

 

Achevé de rédiger le 19 avril 2019

Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

 

 

 

 

 

 

Renseignez-vous sur l’accompagnement patrimonial

© 2014-2018 - Tous droits réservés - Site réalisé par Base Sud