Actualités

Comment définir sa stratégie d’investissement ?

Quelles stratégies d’investissements et de placements adopter à moyen/long termes ?

L’objectif d’une stratégie patrimoniale est de créer de la valeur dans la durée. Pour cela, les gérants et experts en stratégie d’investissement disposent de plusieurs leviers. Une allocation d’actifs qui reflète les tendances géographiques et sectorielles en est un. Le contexte, les objectifs et l’horizon de placement, dont découle la capacité de diversification, font aussi partie de l’équation.

Nicolas Boutry, Partner Olifan Group, développe ces différents aspects dans cet article.

Le contexte, un élément à part entière

Un bref tour d’horizon

Depuis la crise de 2007 / 2008, les politiques accommodantes des principales banques centrales pour soutenir l’économie, ont engendré un environnement de taux bas. La crise du coronavirus a renforcé cette tendance, et les taux sont aujourd’hui proche de zéro, voire négatifs.

A moyen terme, on peut également s’attendre à une progression de l’inflation. Déjà, la banque centrale américaine, s’autorise à dépasser son objectif d’inflation de 2% de manière ponctuelle, et la banque centrale européenne pourrait suivre son exemple.

Quelles conséquences en termes d’investissement ?

Cet environnement de taux bas offre peu de perspectives en termes de rendement pour les actifs refuges, c’est-à-dire les obligations des pays développés bien notés, comme l’Allemagne ou la France. En matière d’Assurance Vie également les perspectives des fonds en euros sont peu réjouissantes.

En effet, afin de garantir un investissement non risqué, les fonds en euros sont investis, en grande partie, en obligations d’Etats. Même cause, même conséquence. Aussi, dans une optique de création de valeur, investir aujourd’hui dans des fonds en euros n’a pas de sens.

Le rôle de l’horizon de placement

Des anticipations optimistes !

Nous allons sortir de la crise du coronavirus. La course au vaccin est lancée, et déjà, les médias se font l’écho d’avancées. De plus, les bases d’une relance économique sont là :

  • Les gouvernements et banques centrales ont pris la mesure de la crise, et proposent des plans de relance en conséquence,
  • A moyen terme, les marchés anticipent une croissance mondiale de l’ordre de 3%,
  • Les entreprises bénéficieront de la croissance et on peut anticiper des rendements en conséquence.
Zoom sur les actions

A court terme, le marché actions est souvent caractérisé par sa volatilité. Il est plus facile d’anticiper des rendements favorables sur le moyen terme. Argument confirmé par des études historiques.

On voit par ces exemples que l’horizon de placement occupe une place significative dans l’élaboration d’une stratégie d’investissement.

Aujourd’hui, compte tenu du contexte, un horizon moyen long terme est clairement à privilégier. Toutefois, un tel horizon de placement n’exclut pas des chocs ponctuels sur certains marchés locaux. Ce qui, en termes de stratégie patrimoniale, induit une deuxième brique : la diversification.

Pour définir votre stratégie d’investissement en fonction de vos besoins à moyen et long termes, contactez votre conseiller

Une diversification géographique et sectorielle

A court terme, la diversification amortit la volatilité qui résulte des incertitudes conjoncturelles. Citons la crise du coronavirus, les tensions commerciales entre la Chine et les USA, les élections américaines, le Brexit…

Sur le moyen terme, elle permet de ne pas être exposé à une seule source de risque. A l’heure où les placements sans risque ne rapportent plus rien, c’est donc un outil qui permet la prise de risque (et donc l’opportunité de rendement) de manière maîtrisée.

La diversification internationale évite les biais géographiques – comme privilégier l’Europe lorsque l’on est un investisseur européen – et nous recommandons d’ouvrir les investissements, afin de capitaliser sur les grandes tendances mondiales.

Par exemple, le secteur de la technologie a bénéficié de la crise sanitaire, qui a joué un rôle d’accélérateur au cours des derniers mois. Or, les entreprises de ce secteur sont très représentées en Asie et aux USA.

Diversification thématique : nos coups de cœur 

Le non côté (ou Private Equity).

Cette thématique a longtemps été réservée aux institutionnels. Aujourd’hui, nous faisons bénéficier nos clients des solutions les plus pertinentes. Cet univers d’investissement est très large et représente un terreau fertile. Les entreprises sont de manière générale, plus jeunes, plus agiles et offrent des perspectives de croissance élevées.

Dans un contexte de relance économique (supporté par les gouvernements et les banques centrales), il est important de réussir à capter ces sources de performances. Nous nous focalisons sur les équipes offrant des track records de qualité et recommandons cet investissement avec un horizon de 5 à 10 ans.

C’est également un investissement que nous mettons en avant parce qu’il permet d’allier réalité économique et perspectives de rentabilité, de mettre du sens dans ses investissements.

L’ISR (Investissement Socialement Responsable)

L’idée sous-jacente de l’ISR est d’intégrer les critères extra-financiers de l’entreprise dans l’analyse. Les critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) associés permettent par exemple d’évaluer la prise en compte d’un développement durable et de projets à long terme dans la stratégie de l’entreprise.

Les entreprises qui se démarquent selon les critères ESG sont plutôt plus performantes, ce qui peut s’expliquer par une maîtrise des risques, plutôt meilleure que dans d’autres entreprises. De plus, si l’on tient compte des aspects sociaux, on notera que les entreprises affichant de bonnes pratiques sociales ont bénéficié d’un engagement plus fort au plus haut de la crise sanitaire.

La thématique a montré sa résilience pendant la crise, et nous pensons que cela sera encore le cas pendant les années à venir. Par ailleurs, des flux financiers de plus en plus importants se portent vers l’ISR. Un autre facteur porteur.

L’Immobilier

Historiquement, l’immobilier est un rempart contre l’inflation. Compte tenu des perspectives en la matière, c’est un thème que nous regardons de près. Certes, certains secteurs immobiliers souffrent des suites de la crise sanitaire, comme les galeries commerciales par exemple.

Nous nous intéressons principalement à des thématiques d’avenir tels que le résidentiel, qui s’est montré très résilient, ou les infrastructures de santé, mais aussi les entrepôts et lieux de stockage, corrélés à la digitalisation et à la problématique du dernier kilomètre.

Plus généralement, nous pensons que les cycles des tendances immobilières se raccourcissent. Nous nous adaptons en arbitrant à des fréquences plus élevées que par le passé.

Les produits structurés

Chez Olifan Group, nous construisons les produits structurés comme des produits de diversification, qui permettent de bénéficier du « moteur » actions comme source de performance, mais sont structurés pour générer du rendement dans des marchés étals voire baissiers.

Bien qu’incertain, le contexte actuel nous permet de renforcer nos certitudes quant à la nécessité de s’appuyer sur des piliers solides que sont l’horizon de placement, l’allocation d’actifs et la diversification, pour créer de la valeur.

Last but not least, nous considérons chez Olifan Group qu’il n’existe pas de recette standard. C’est pourquoi nous travaillons avec nos clients des stratégies patrimoniales personnalisées, en fonction de leurs objectifs et de leurs actualités.

Nicolas Boutry, Expertise Investissement Financier

Renseignez-vous sur l’accompagnement patrimonial

    En soumettant ce formulaire, j’autorise Olifan Group à me recontacter et à m’adresser des informations.
    © 2014-2019 - Tous droits réservés - Site réalisé par Base Sud