Flash Infos sur la situation Russie / Ukraine

Dans la nuit du 23 février au 24 février la Russie a envahi l’Ukraine.

La situation de guerre entre la Russie et l’Ukraine se poursuit aujourd’hui. Nos pensées vont vers les victimes et leur famille.

Au delà du drame humain qui se joue aux portes de l’Europe, notre rôle en tant que conseiller en gestion de patrimoine est d’évaluer l’impact économique et financier de cette guerre.

Depuis l’invasion jeudi dernier, les marchés connaissent des séances bien plus volatiles, avec déjà 2 journées de baisse supérieures à 3% pour l’Eurostoxx 50 (jeudi 24 février et mardi 1er mars) entrecoupées de phases de hausse.

Dans les prochains jours, la volatilité devrait rester élevée dans un contexte d’incertitudes fortes sur la situation en Ukraine et sur les intentions de Vladimir Poutine.

Sanctions économiques envers la Russie

Sur le plan économique, les sanctions des pays occidentaux se sont révélées à la fois très rapides et massives :

  • Déconnexion de la plupart des institutions financières du réseau de transactions bancaires SWIFT
  • Gel des avoirs de la banque centrale russe en devises
  • Autres sanctions : gel des actifs des oligarques à l’étranger …

Ces sanctions devraient fortement peser sur l’économie russe, qui aura beaucoup de difficultés à soutenir sa monnaie (le rouble a déjà perdu 30% contre dollar depuis l’invasion) et devrait voir son inflation augmenter fortement, ainsi que sa population s’appauvrir.

Impacts économiques pour les pays occidentaux

L’importance de la Russie est militaire et non économique et ses échanges avec l’Europe et les Etats-Unis sont en réalité assez faibles. Ce constat est également valable pour l’Ukraine. La Russie représente 1.8% de la production mondiale, et elle n’est pas un marché d’exportation majeur pour la plupart des pays.

L’effet le plus important se fera sentir sur les prix du pétrole et du gaz.

Le scénario extrême serait des perturbations importantes des échanges de gaz. Le continent européen apparait clairement en 1ère ligne du fait de sa dépendance énergétique. Avec l’approche de la fin de l’hiver dans l’hémisphère Nord, les besoins d’énergie devraient être moins importants à court terme. Mais la question pour l’hiver prochain se posera rapidement, compte tenu de la faiblesse des stocks de gaz.

Enfin, la hausse des matières premières agricoles et des métaux industriels alimenteront également l’inflation.

La hausse de l’inflation pourrait avoir un impact important sur la consommation et donc sur la croissance.

Ainsi, les prévisions de croissance du PIB pour 2022-23 seront probablement revues à la baisse, tandis que l’inflation restera plus élevée à court terme.

Impact sur les marchés

Cette pression inflationniste constitue un dilemme pour les banques centrales, qui doivent faire face à une inflation déjà élevée. Le marché est attentif à la façon dont elles s’adapteront aux perspectives de croissance plus faibles, en retardant le resserrement monétaire ou en réduisant son ampleur.

D’éventuelles mesures de rétorsion de la Russie constituent un facteur de risque, notamment si M. Poutine décide d’une réduction de ses exportations d’énergie vers les pays occidentaux.

Cela génèrerait une envolée du prix des matières premières et renforcerait la dynamique inflationniste, avec in fine un impact sur la croissance mondiale, du fait de la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs et de la réduction des marges des entreprises.

Aussi, les incertitudes liées à la guerre en Ukraine ont fait augmenter la prime de risque sur les marchés de capitaux.

Cela se matérialise par la baisse des actions (l’Eurostoxx 50, l’indice des grandes capitalisations européennes est en baisse de près 13% depuis les plus hauts de janvier, l’indice américain S&P 500 est lui en baisse de 9,3%) mais aussi celle des obligations d’entreprises.

La situation va continuer d’évoluer au cours des prochaines semaines dans un environnement de volatilité exacerbée avec peu de visibilité, même si une partie des mauvaises nouvelles sont maintenant intégrées dans les cours.

Les éléments à surveiller seront les nouvelles sur le front de l’approvisionnement énergétique européen, et la durée des négociations, qui à leur tour conditionneront la durée des sanctions et donc leur impact sur les prix des matières premières, l’inflation et in fine la croissance économique.

Dans les jours ou semaines à venir, les marchés peuvent continuer à s’ajuster aux nouveaux équilibres qui se forment, avec toujours un risque à la baisse du fait du choc exogène lié à la hausse du prix des matières premières, et plus simplement du fait de la puissance militaire russe et des intentions de Vladimir Poutine.

NOTRE AVIS

Ce contexte renforce notre conviction sur l’importance de la diversification dans les portefeuilles, en premier lieu géographique puisque l’Europe se trouve en première ligne de cette nouvelle crise, mais aussi en terme de stratégie de gestion pour contrer la volatilité. A cet égard les actifs non cotés permettent d’isoler une partie d’un portefeuille de la volatilité des marchés cotés.

En particulier le private equity, qui permet d’investir dans des entreprises rentables et en forte croissance, offre une vision moyen / long-terme et un parfait alignement d’intérêt avec le dirigeant dans la création de la valeur dans la durée, au-delà du bruit court terme. Historiquement, cette classe d’actifs a bénéficié de rendements nettement supérieurs aux marchés cotés en traversant les cycles, au prix d’une liquidité réduite.

Le surcroit de volatilité rend également les produits structurés particulièrement attractifs. Ils peuvent permettre de s’exposer aux marchés actions en bénéficiant d’un rendement attractif et d’un degré de protection dans des marchés qui continueraient à s’inscrire en baisse.

Votre conseiller Olifan Group se tient à votre disposition pour vous fournir plus d’informations et vous aider à naviguer cette période incertaine.

Contactez-nous

 

 

 

Publié le 4 mars 2022 par Olifan Group

Découvrez sans attendre Olifan Group,
un leader dans le domaine de la gestion de patrimoine, du conseil en ingénierie immobilière et investissement financier.

QUI SOMMES-NOUS

Je souhaite prendre contact

    En soumettant ce formulaire, j’autorise Olifan Group à me recontacter et à m’adresser des informations.

    © 2014-2022 - Tous droits réservés - Site réalisé par Base Sud