Marchés financiers : bilan 2020 & perspectives 2021

Après une année 2020 marquée par l’épidémie du Coronavirus, que nous réserve 2021 ?

Zoom sur 2020

Après un début d’année 2020 (janvier) qui avait démarré en trombe sur les marchés financiers, dans la continuité de 2019, l’épidémie de Covid 19 a balayé en quelques semaines les espoirs et les gains de l’année précédente. Alors que le coronavirus a imposé un confinement à près de la moitié de la population mondiale, le mois de mars a été le théâtre d’une véritable tourmente sur les différents marchés mondiaux. Il n’a ainsi fallu que 22 jours aux marchés actions des pays développés pour perdre 20% (synonyme d’entrée en marché baissier, ou « bear market » selon la terminologie anglo-saxonne). Pour mémoire une telle baisse avait pris 250 jours en 2007/2008.

Certaines stratégies de gestion n’ont pas toléré ce niveau de volatilité et ont été contraintes de réduire leur risque, les ventes forcées ayant accéléré la baisse des marchés. Dans ce contexte, les autorités monétaires et les gouvernements ont mis en place des mesures exceptionnelles pour assurer que le ralentissement de l’économie reste transitoire. Les banques centrales ont ainsi annoncé tout au long de l’année des mesures sans précédent, notamment le rachat d’actifs. Ces mesures devraient perdurer tant que la situation le nécessite. La BCE, tout comme la FED, a renforcé son programme de rachat d’actifs jusqu’à mars 2022 au moins.

Au 31/12, l’année s’est clôturée sur une note optimiste grâce au vaccin contre le Covid 19. Les marchés européens clôturent malgré tout l’année sur une baisse de 5,1% (Eurostoxx 50) après avoir plongé de près de 40% mi-mars. Les marchés actions internationaux s’en sortent mieux et terminent l’année en hausse de + 6,11% pour le MSCI World. Le grand gagnant de l’année reste incontestablement la Chine, avec le MSCI China qui affiche une performance de 18,55% au titre de l’année 2020.

D’un point de vue sectoriel, les valeurs de croissance ont nettement surperformé les valeurs plus cycliques, portées par des thèmes porteurs tels que la santé et la technologie. Mais au-delà de la crise sanitaire, l’année 2020 a aussi été marquée par l’élection américaine et la victoire de Joe Biden, qui après avoir ravi le Sénat aux Républicains, aura les mains libres pour appliquer les programmes de relances nécessaires. Enfin, il convient de mentionner l’accord post-Brexit intervenu in-extremis entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni, après 4 longues années de transition.

Comment avons-nous navigué dans ce contexte et quelles sont les opportunités pour 2021 ?

Les ajustements de portefeuille en 2020

Dans ce contexte, nous avons repondéré au mois d’avril des thématiques à forte visibilité, comme la Santé et la Technologie. Les entreprises de qualité dans des métiers indispensables ont conféré de la robustesse au portefeuille, en présentant des bilans solides et un faible endettement.
Dans un environnement où la digitalisation, le télétravail, les paiements à distance, l’éducation à distance et la cybersécurité resteront les grandes tendances de demain, nous avons repondéré nos allocations afin de tirer partie de ces grandes mutations sociales.
Par ailleurs, la crise sanitaire que nous traversons a encore mis en lumière les développements nécessaires sur la thématique de la Santé, que cela soit sur les secteurs de la prévention, du diagnostic, des traitements ou encore la télémédecine.
De plus, les gestions ISR qui mettent en avant l’environnement, la bonne gouvernance et le plus fort engagement des salariés, ont été extrêmement résilientes pendant la crise et nous les avons également favorisées en 2020. Nous avons fortement repondéré les actions asiatiques, dès le mois d’avril, afin de bénéficier de la montée en puissance de la Chine et les innovations de ses entreprises dans le domaine technologique.

Enfin, dans un objectif de diversification, nous avons saisi les opportunités de volatilité et creux de marchés afin de mettre en place des produits structurés. Ces solutions nous ont permis d’obtenir un rendement attractif grâce à une exposition aux actions européennes, tout en bénéficiant d’une marge de protection à la baisse.

CONTACTER VOTRE CONSEILLER POUR RECEVOIR UN CONSEIL AVISÉ 

Les perspectives 2021

Les campagnes de vaccination ont démarré dès la fin de l’année 2020, avec une rapidité différentiée selon les pays. Ces campagnes constituent un espoir important pour la sortie de la crise sanitaire. Mais la majorité des pays occidentaux font de nouveau face à une vague importante de l’épidémie, en ce début d’année 2021. Nul doute que les mesures de restrictions mises en place par les différents pays en 2020 seront scrutées par les marchés et investisseurs. Si ces mesures devaient être mises en place de nouveau en 2021, la volatilité pourrait de nouveau se matérialiser sur les marchés.

La perspective d’une vaccination à grande échelle des populations des pays développés marque cependant une inflexion fondamentale dans le sentiment de marché. En 2021, l’économie devrait retrouver le chemin de la normalité, avec une croissance mondiale anticipée supérieure à 5%, après une chute de 3,8% en 2020. Le timing de la reprise constitue toujours une incertitude, qui dépendra des nouvelles sur le front épidémique, ainsi que des conséquences du choc sanitaire sur le tissu économique, qui ne sont pas encore pleinement connues.

Néanmoins, les politiques accommodantes des banques centrales ainsi que les plans de relance annoncés par les gouvernements vont continuer à constituer des soutiens majeurs. Aux Etats-Unis par exemple, la victoire des démocrates au Sénat devrait permettre des mesures de soutien à l’économie, notamment avec les programmes d’investissement dans les infrastructures. Ces éléments militent donc pour conserver son exposition aux actions en 2021. La Chine se distingue par son fort rebond économique, puisqu’elle retrouve dès à présent les niveaux de fin 2019. Cela profite également aux pays émergents par le biais de leurs exportations croissantes en Chine. Ces pays doivent selon nous être représentés dans un portefeuille global d’actifs pour leur apport en termes de diversification. De plus, les valorisations restent inférieures à celle des pays développés, avec une dynamique de croissance plus favorable.

Il faudra également s’intéresser aux petites et moyennes capitalisations, notamment en Europe. Ces entreprises devraient bénéficier à plein du rebond cyclique, avec une capacité à faire croitre leurs bénéfices qui est nettement supérieure à celle des grandes capitalisations. D’autre part, les valorisations restent raisonnables, suite à leur sous-performance marquée en 2018.

Si des incertitudes demeurent, de nombreuses opportunités existent, comme nous l’avons évoqué précédemment. Il conviendra de sélectionner des bons gérants, qui sur la base de l’analyse fondamentale de chaque entreprise, vont constituer leurs portefeuilles de valeurs. Si les valeurs de croissance continueront d’être plébiscitées en 2021, les gérants de stock-picking qui ont la capacité de se positionner sur des valeurs délaissées, où le marché exprime une inquiétude excessive, sauront également exploiter les opportunités dans une phase de reprise économique.

Votre conseiller Olifan Group reste à votre disposition pour vous conseiller sur votre portefeuille selon vos besoins et objectifs.

Achevé de rédiger le 8 Janvier 2021 par l’Expertise Investissement Financier Olifan Group
Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Publié le 11 janvier 2021 par Olifan Group

Je souhaite prendre contact

    En soumettant ce formulaire, j’autorise Olifan Group à me recontacter et à m’adresser des informations.
    © 2014-2019 - Tous droits réservés - Site réalisé par Base Sud