Expert en stratégies patrimoniales et en investissements du groupe familial

Actualités

Un placement sûr et très rentable ? Attention, danger…

Année après année, les placements miracles ou présentés comme tels continuent à faire recette auprès des épargnants. Pour vous aider à échapper à la tentation, je vous livre leur mode d’emploi détaillé.

Le placement miracle fait rêver

Manuscrits de grands écrivains, grands vins, voitures de collection, œuvres d’art, appartements dans des îles paradisiaques… Les placements miracles font appel à l’affectif, pas à la raison. Vous aurez plaisir à en parler dans les diners en ville. Rien à voir avec le sérieux d’une obligation d’Etat à 10 ans ou d’une action Air Liquide.

Le problème, c’est que le rêve fait passer à la trappe les critères d’évaluation du placement. Qui fixe les valeurs à l’achat et à la revente ? Comment ont évolué ces valeurs ces dernières années ? Quels événements extérieurs peuvent venir menacer les cotes ? Qui sont les acquéreurs potentiels si je veux revendre ? Mystère…

Dans le dossier Aristophil, escroquerie majeure des dernières années, on s’est aperçu ainsi que les manuscrits anciens de l’entreprise étaient vendus aux particuliers à des prix totalement déconnectés des valeurs réelles.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) avait fait plusieurs mises en garde. Pourtant, 18 000 particuliers ont investi au total 750 millions d’euros dont ils ne récupéreront pas grand-chose.

Le placement miracle rapporte beaucoup et sans risque

Un livret A rapporte aujourd’hui 0,75 % par an, un livret Epargne populaire 1,25 %, un plan épargne-logement ou un fonds en euros 2 %. Si vous voulez plus de rendement, il faut accepter plus de risque. Le CAC 40 peut bondir de 25 % en un an, mais aussi chuter de 25 %.

Pourtant, les placements miracles échappent à cette règle. Ils vous promettent du 6 %, voire du 8 % ou davantage, mais le vendeur vous assure que c’est sans aucun risque. D’ailleurs, tous ceux qui ont investi avant vous s’en félicitent. A vous de décider si vous avez envie d’y croire.

Le placement miracle est peu connu

Le placement miracle est souvent peu connu, réservé à quelques initiés. Vous n’en avez jamais entendu parler ? Tant mieux, cela veut dire que vous faites partie des privilégiés qui ont la chance d’y avoir accès.

Cette culture du silence, cette opacité construisent un climat de secret sur lequel s’enracinent tous les fantasmes. Pour en sortir, il faudrait revenir à la raison, rechercher des informations objectives. Pas si facile.

Il y a quelques années, l’un de nos clients a failli investir une belle somme dans une voiture de collection promise, selon le vendeur, à une belle progression de sa cote. Un pur hasard nous a mis en présence d’un professionnel de l’automobile aguerri. Verdict : ladite cote avait atteint un sommet deux ans plus tôt et ne pouvait que redescendre. Ce qui s’est confirmé par la suite.

Le placement miracle n’a que des avantages

Un professionnel de la gestion de patrimoine vous explique pourquoi il vous préconise un placement plutôt qu’un autre. Il vous détaille par écrit les atouts de son produit, mais aussi ses inconvénients. Dans les deux cas, ce sont des obligations professionnelles inscrites dans la loi.

A l’inverse, le placement miracle n’a que des avantages. Interrogez le vendeur, il vous en citera dix. Demandez-lui où sont les faiblesses, il sera moins volubile. Hélas, l’épargnant à qui l’on vend du rêve perd souvent tout sens critique.

Faites du placement miracle… seulement pour le plaisir

On l’aura compris, je déconseille le placement miracle si votre objectif est de constituer un capital, de préparer votre retraite ou de dégager des revenus réguliers. A objectifs sérieux, placements crédibles.

Mais ne vous privez pas de grands Bordeaux ou de tableaux de maître si c’est votre passion et que votre patrimoine vous permet, au pire, de perdre le capital investi. Vous ne serez pas rémunérés par un rendement (très hypothétique) mais par le plaisir que vous retirerez de votre acquisition. Et c’est déjà beaucoup !

Bruno Petit, Axios AnnecyBruno Petit

Lire aussi :

Bourse : pourquoi le fonds « super performant » est un piège

 

Renseignez-vous sur l’accompagnement patrimonial

© 2014-2018 - Tous droits réservés - Site réalisé par Base Sud